A la recherche de la profondeur

– L’Apnée en profondeur –

 

 

Chasseur sous marin depuis 5 ans, l’apnée n’était pour moi au départ qu’un outil pour accéder au poisson. Mais en cherchant à m’améliorer j’ai découvert une discipline à part entière. L’année dernière j’ai donc décidé de passer mes premiers niveaux d’apnée…. Et oui tout comme la plongée bouteille il existe différents niveaux avec différentes agences. Je suis immédiatement tombé sous le charme de l’apnée en profondeur sa technique, son engagement physique, le contrôle de ses émotions, tous ces outils nécessaires à l’épanouissement dans ce sport.

Lors d’un voyage récent réalisé aux Philippines dans l’optique de me perfectionner dans l’apnée en profondeur, une question m’est venue à l’esprit.

«  Comment expliquer à ma famille, à mes amis ce que je vais chercher dans ces apnées en profondeur ? Comment expliquer ce que je ressens ? » Je vais ici tenter d’expliquer pourquoi j’ai décidé de partir 15 jours à l’autre bout du monde pour descendre le long d’une ligne…..

Je ne désire pas apporter une touche mystique ou spirituelle excessive. Je souhaite simplement faire comprendre le pourquoi de cette activité formidable.

 

 » TU DOIS TOUT LE TEMPS FAIRE LA MÊME CHOSE « 

Il existe une multitude de disciplines dans l’apnée en mer, pour n’en citer que quelques unes : les descentes en bi-palmes ou en mono palme, les descentes en immersion libre à la seule force des bras, les descentes à la brasse, à l’aide d’une gueuse…. Je vulgarise volontairement les disciplines pour que l’article puisse être compréhensible par les néophytes.

Durant une séance vous pouvez donc travailler sur une multitude de domaines techniques divers et variés. Les plus à l’aise pourront également travailler leur aisance sans masque en utilisant uniquement un pince nez afin de partir à la découverte de la clé de ce sport : le relâchement.

 

 » AH MAIS EN FAIT TON TRUC C EST QUE DE LA TECHNIQUE « 

Comme toute discipline l’apnée nécessite d’acquérir des bases techniques afin de pouvoir réaliser un ensemble de gestes techniques automatisés. Mais ce qui transforme l’apnée en profondeur en une drogue douce, c’est les sensations de bien être extrême véhiculées par une plongée réussie.

La technique n’est en fait qu’un moyen d’accéder au relâchement recherché.

 

 » NON MAIS C’EST DANGEREUX L’APNEE « 

L’apnée répond à des critères strictes de sécurité et malgré ce que les gens pensent, elle est beaucoup moins dangereuse que sa cousine la plongée sous marine. Pour les septiques je vous invite à consulter les chiffres du nombre de décès liés à la pratique de la plongée sous marine lors d’une saison en Méditerranée par exemple.

Concrètement comment se passe une plongée en terme de sécurité dans une structure encadré :

  • On utilise une ligne avec un poids et une longe qu’on vient accrocher à son poignée. L’apnéiste est donc en permanence et peu importe la profondeur relié à cette ligne.
  • Un binôme chargé de votre sécurité viendra terminer la remontée à vos côtés en fin de plongée (entre 10 et 30m). Il convient d’annoncer à ce dernier la profondeur et le temps évalué de la plongée.
  • Le matériel de sécurité est identique à celui de la plongée bouteille : moyens de communications, trousse premier secours et oxygène sont présents à bord.

 

Un amalgame est pourtant souvent réalisé par la presse entre le chasseur sous marin pratiquant seul et l’apnéiste pratiquant dans une structure encadré de manière sécurisé.

 

 » POURQUOI TU T’ARRÊTES DE DESCENDRE ALORS « 

Vous l’avez compris, le summum du plaisir se trouve dans la descente. Hors à mon niveau le problème réside dans la compensation. Pas de panique je m’explique en essayant de vulgariser un maximum :

  • Lorsque je descends la pression augmente et l’air qui se trouve dans mes poumons voit son volume diminuer.
  • La pression appuie sur mes tympans. Pour annuler cette déformation je dois envoyer de l’air via mes trompes d’Eustache.
  • A une certaine profondeur en fonction de votre habitude à plonger et de votre entrainement, vous n’avez pu d’air disponible via vos poumons pour effectuer cette compensation de manière classique.
  • Et pourtant il existe différentes techniques permettant de parer ce phénomène physique. Pour les plus intéressés regardez sur internet MouthFill ou BTV.

 

Voici un schéma qui devrait vous aider à saisir les mécanismes mis en jeu.

 

 

 » EXPLIQUE MOI UNE PLONGEE « 

Je vais tenter de vous décrire les différentes phases d’une plongée, de ce que je ressens :

La préparation – je me laisse bercer par les vagues, les yeux fermés. Je tiens la ligne du bout des doigts. Je suis en communion avec l’élément, avec la nature «  Relâché, Décontracté Confiant » voilà ce que je me répète avant de descendre. Je me concentre sur ma respiration, j’allonge mes expirations tout en douceur. Puis je prends la décision de partir.

Les premiers mètres – Tout d’abord un enchainement de gestes techniques et d’habitudes propres à chacun. Puis on se hâle, on palme ou on nage vers le fond. Je n’apprécie pas particulièrement cette première partie mais elle fait partie du voyage.

La chute libre – Emporté vers le fond, je m’arrête alors de palmer et me laisse glisser lentement. Cette phase de chute libre est très intense en terme de relâchement, on aimerait qu’elle ne s’arrête pas …
Elle provoque en moi une sensation de bien être extrêmement intense.
Ma concentration se porte sur mon relâchement et sur la compensation de mes oreilles. La pression de l’eau augmente au fur et à mesure de la descente, je la ressens légérement sur ma cage thoracique.

Je ressens lors de cette phase un shoot de relaxation tel un drogué du relâchement.

La remontée – Arrivé au fond, l’envie de respirer est totalement absente j’effectue mon virage et entame machinalement mon retour à la surface. En fonction du geste technique réalisé pour la remontée mon envie de respirer se fera plus ou moins ressentir, l’acide lactique dans les jambes ou les bras sera également plus ou moins présent. Les couleurs changent progressivement, je perçois mon apnéiste de sécurité, sans la regarder on sent la surface arrivée.

Je respire, me ventile montre à mon binôme que tout va bien. Je me sens alors terriblement bien, heureux d’avoir accompli cette plongée dans de si bonnes conditions.

Voilà ce qui se passe pour moi lors de ce petit voyage de seulement deux minutes.

 


 » OUI MAIS QUE VONT-ILS CHERCHER ? « 

La science elle-même n’est à ce jour pas capable d’expliquer l’ensemble des mécanismes physiques et chimiques mis en jeu lors d’une plongée profonde.

Lorsque l’on reste au fond à 25 mètres par exemple et que l’on parvient parfaitement à se relâcher, l’envie de respirer se manifeste d’une manière particulière. Si particulière que l’on prend cette dernière comme une simple information. Ce ressenti est parfaitement mis en scène dans le film du Grand Bleu qui vient ajouter par-dessus les sensations décrites les effets de la narcose.

On ne parle pas ici d’aller chercher un chiffre, une durée ou tout autre objectif quantifiable. L’apnéiste part à sa propre rencontre, il part à la recherche de la connexion avec la pleine conscience dans l’instant présent. Lors de ses plongées, il va parfois trouver ses peurs, ses doutes, et aussi régulièrement un extrême apaisement, une sensation de liberté. Il se connecte avec son corps et son esprit, s’offre un vrai moment de liberté comme il est rare de pouvoir en avoir de nos jours.

Il ne peut pas se mentir,  il ne peut pas forcer les choses. Il se laisse aller et tente de maîtriser aussi bien que possible sa technique et ses émotions.

Voilà pourquoi à l’autre bout du monde tu rencontres des gens qui décident de partir pendant quelques mois à la recherche d’une nouvelle vie, à la recherche de qui ils sont vraiment car au fond tu ne peux pas tricher tu es seul face à toi-même.

J’espère avoir attisé votre curiosité et peut être même vous avoir envie de goûter à cette discipline ou le plaisir est présent à tous les niveaux. N’oubliez pas la règle de base, ne jamais pratiquer l’apnée en piscine ou en mer SEUL ! 

 

Je tiens à remercier le club Blue Addiction et le club Freedive HQ Philippines pour m’avoir transmis le virus de leur passion.

 

 

 

 

 

1 commentaire sur “A la recherche de la profondeur”

  1. Merci Alex.
    J ai me suis moi même mis à l apnée et je me vois à travers toi. J ai très certainement un niveau bien plus modeste. Mais c est comme si je partageais toutes tes sensations. Encore merci pour ce partage, merci pour ton voyage en eau profonde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *